Archives de Tag: Police

La police met en garde contre l’escroquerie au rétroviseur cassé

La police nationale met en garde contre une arnaque actuelle : l’escroquerie au retroviseur cassé.
Bien qu’ancienne, l’escroquerie au rétroviseur cassé continue de faire des victimes parmi les personnes âgées. La vigilance s’impose.

► Lire la suite


► Vos Nouvelles de Paris
 
 
 
 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Autos/Motos, Droit, Police

Guide « Paris en toute sécurité »

VIVRE À PARIS/SÉCURITÉ

Guide « Paris en toute sécurité »

Chaque année, ce sont des millions de touristes qui visitent Paris, la capitale la plus belle du monde. Mais qui dit touristes, dit margoulins de toutes sortes, toujours à l’affût d’un mauvais coup, même si cela arrive rarement.

La Préfecture de police vient d’éditer un fascicule, en plusieurs langues, sous la forme d’un fichier PDF, dans lequel elle donne quelques conseils. «Haut lieu touristique et ville lumière, Paris est l’une des capitales les plus visitées au monde. Chaque année, elle accueille plus de 30 millions de touristes. Si l’action des forces de police fait de Paris un lieu très sûr, les nombreux visiteurs peuvent cependant être la cible des pickpockets ou des escrocs agissant sur la voie publique», explique-t-elle en préambule.

En matière de surveillance policière, Paris est assurément la ville de France la plus surveillée, avec un nombre assez conséquent de "couches" policières : entre la police nationale, celle municipale, les agences de surveillance privées, il a a de quoi se sentir en sécurité à Paris. Cette police fait même traverser les piétons, c’est dire.

On nous explique qu’il faut être vigilant dans la rue :
• préférez un sac porté en bandoulière de petite taille ou une banane au sac à dos ;
• prenez le minimum d’argent liquide avec vous ;
• ne rangez pas votre portefeuille dans vos poches arrière ;
• si un agresseur tente de vous arracher votre sac, ne résistez pas, vous risqueriez d’être blessé ;
• méfiez-vous des individus qui peuvent détourner votre attention pour vous voler vos effets personnels, notamment à la terrasse des cafés, lors de retrait d’argent au distributeur ou lors de la signature de pétitions.

Mais aussi dans les transports et dans les lieux publics. Même dans les salles de spectacle et autres cabarets. On se demande bien pourquoi…

Des numéros utiles sont donnés, parmi lesquels on trouve ceux des ambassades à Paris.

Charger le guide

Dans le guide, on nous explique qu’il ne faut pas manipuler de liasses de billets en public…

 
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans sécurité, Vivre à Paris

Ping calls – spam vocal : arnaque à l’appel en absence

PRÉVENTION

Ping calls – spam vocal : arnaque à l’appel en absence

Le ping call est une technique d’escroquerie courante qui se développe ces derniers mois. Quelques conseils pour éviter cette arnaque.

Une technique ancienne qui a fait ses preuves
Le spam vocal ou ping call est une technique frauduleuse qui consiste à appeler un numéro de téléphone en ne laissant sonner qu’une seule fois. Le destinataire, n’ayant pas eu le temps de décrocher, essaie alors de rappeler le numéro du « correspondant » qui s’est affiché et … tombe sur un numéro surtaxé.

Des numéros "normaux" pour tromper la méfiance
La technique existe depuis plusieurs années mais les escrocs utilisent de nouvelles ruses pour vous inciter à rappeler les numéros surtaxés.

Pour ne pas susciter la méfiance de leurs victimes, les escrocs passent désormais leurs appels depuis des numéros en 01, 02, 04 etc… plutôt que des 0 899. En confiance, vous rappelez et tombez sur un opérateur qui vous annonce que vous avez gagné un bon d’achat ou un cadeau. Pour pouvoir toucher votre lot, vous devez appeler un prétendu service clients (dont le numéro en 0 899 est lui surtaxé).

L’objectif des escrocs est simple : vous faire passer un maximum de temps au téléphone, pour gagner un maximum d’argent à chaque appel. C’est pour cela qu’ils ont remplacé les ordinateurs, qui passaient des milliers de coups de fil chaque jour, par des humains.

Lire la suite
 

 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans prévention, sécurité

L’Opération Tranquillité Vacances, c’est toute l’année

SÉCURITÉ

L’Opération Tranquillité Vacances, c’est toute l’année

Vous allez bientôt vous absenter et vous craignez pour la sécurité de votre maison, de votre appartement ? Vous pouvez demander à la police ou à la gendarmerie de surveiller votre domicile !

Depuis 1974, le dispositif Opération tranquillité Vacances (OTV) aide les vacanciers à être plus sereins. Limité aux mois de juillet et août à l’origine, OTV a été étendu à l’ensemble des vacances scolaires en 2009.
Aujourd’hui, l’opération est élargie à toute période d’absence prolongée de particuliers, indépendamment des vacances scolaires.
Lire la suite
 
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Police, sécurité, Vivre à Paris

Vos papiers ! Que faire face à la police ?

Le syndicat de la magistrature, dont deux de ses membres viennent de mettre Nicolas Sarkozy en examen, a commis ce petit livre, que d’aucuns jugent militant, pour expliquer « comment se comporter face à la police ».
« Les victimes des contrôles au faciès ou des brutalités policières liées à un contrôle d’identité trouveront ici de quoi se protéger…», se félicite-t-on. Intéressant, non ?
 
 
Article lié :
Contrôles d’identité : les conditions auxquelles la police doit se conformer
 
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Justice, Police, Société

Contrôles d’identité : les conditions auxquelles la police doit se conformer


À l’heure de manifestations qui engendrent nombre d’arrestations arbitraires (photographes professionnels arrêtés, badauds interpellés sans raison valable…), il peut être bon, dans une démocratie, de rappeler les conditions auxquelles la police doit se conformer pour demander de présenter ses papiers lors d’un contrôle d’identité.

C’est ce que rappelle le site du mrp54 : les Articles 78-1 et suivants du Code de Procédure Pénale précisent, à titre liminaire, que toute personne se trouvant sur le territoire français doit accepter de se prêter à un contrôle d’identité.
Les conditions dans lesquelles les contrôles d’identité peuvent intervenir sont toutefois réglementées par le Code de procédure pénale (articles 78-1 et suivants).

Le contrôle d’identité peut avoir lieu à l’encontre de toute personne à l’encontre de laquelle il existe une ou plusieurs raisons plausibles de soupçonner :
– soit qu’elle a commis ou tenté de commettre une infraction
– soit qu’elle se prépare à commettre un crime ou un délit
– soit qu’elle est susceptible de fournir des renseignements utiles à une enquête en cours
– soit qu’elle fait l’objet de recherches.

Tout individu qui ne correspond donc pas à ces critères ne devrait donc pas être contrôlé. Certaines personnes s’y refusent d’ailleurs. Ainsi Boualem, militant politique et enseignant, se fait régulièrement arrêter sans raison valable. « Je me laisse arrêter car je refuse de montrer mes papiers. Mais pas question de signer quoi que ce soit… », affirme-t-il, avant d’ajouter : « Ils sont bien obligés de me relâcher au bout d’un moment…» La police n’aime pas trop, en effet, que l’on ne signe pas le PV d’interpellation. Nul n’est obligé d’être son propre bourreau…

« Dans la réalité, la police trouve toujours une bonne raison pour justifier un contrôle d’identité », remarque une avocate. Certes. De plus, la police déteste qu’on connaisse ses droits. Lui rétorquer « qu’en vertu de l’Article 78-1, il n’y aucune raison valable de se voir demander ses papiers », a de fortes chances de déclencher une colère de la part des policiers qui en font la demande.
Certaines personnes aiment à posséder dans leur portefeuille le texte de l’Article 78-1 et suivants. N’est-on pas dans une démocratie ?
 
Retrouver le texte du mrap 54
 
Article lié :
Il y a trop de contrôles au faciès en France, selon Human rights watch
 
 
 
 
 
 

2 Commentaires

Classé dans Justice, Police, Société

Mon voisin fait du bruit. Que faire ?


Thomas se plaint de son voisin, « un jeune venu faire ses études à Paris, qui met sa musique à fond n’importe quand, même la nuit ».
Que peut-il faire ?
Appeler la police, afin qu’elle le verbalise. Depuis le 12 mars 2012, les policiers qui se déplacent ont la possibilité d’infliger une amende forfaitaire de 68 euros, aux fauteurs de troubles.

Cette disposition résulte du décret No 2012-343 du 9 mars 2012, modifiant le code de procédure pénale, explique le Centre d’information et de documentation sur le bruit.
Lire la suite

Si vous êtes locataire, vous avez la possibilité, si pour une raison quelconque vous ne voulez pas appeler la police ou qu’elle refuse de se déplacer, de lui demander de régler le problème.
En effet, en tant que locataire, votre bailleur a le devoir de vous assurer « la jouissance paisible des lieux« . Car en fait, c’est lui qui habite véritablement l’appartement qu’il vous loue.
Si le faiseur de bruit est copropriétaire, votre bailleur doit s’adresser au Syndic pour lui demander de faire pression sur ce propriétaire.
Si le faiseur de bruit est locataire. Soit il dépend du même bailleur que vous, soit il dépend d’un autre bailleur.
S’il dépend du même bailleur, c’est à votre bailleur de s’adresser à lui directement.
S’il dépend d’un autre bailleur, votre bailleur s’adresse au Syndic pour qu’il s’adresse à son tour à l’autre bailleur.
Si vous êtes propriétaire, vous vous adressez au Syndic pour qu’il règle le problème : il est payé pour cela.

On notera que des personnes qui font du bruit sont en général des asociaux. On peut toujours essayer de discuter avec eux directement, dans de très rares cas il se dégagera une solution. La plupart des situations, on a affaire à des gens agressifs. Il vaut mieux laisser les autres (bailleurs, Syndic, police) s’en occuper…

Règle générale : il n’existe aucun lien juridique entre un copropriétaire dans une résidence et un voisin locataire. En clair, un copropriétaire n’a pas à s’adresser directement à un locataire pour se plaindre de quoi que ce soit. Idem pour un locataire, il n’a pas à s’adresser à un copropriétaire ; ni même au gardien, sauf à lui signaler le problème, sans qu’il ait obligation de s’en occuper.

Tout doit se résoudre par la bande. C’est d’ailleurs une règle générale en société. Ne jamais chercher à résoudre directement ses problèmes. Toujours faire appel à une autorité.
C’est en n’expliquant pas (ou en ne voulant pas expliquer) aux jeunes cette règle essentielle, que beaucoup d’entre eux se retrouvent dans des situations difficiles au niveau de la justice, ayant voulu régler leurs problèmes eux-mêmes, bien souvent après avoir regardé les séries américaines ultra-violentes.
À l’école, on n’apprend pas aux jeunes les règles élémentaires de la vie en société. Certaines mauvaises langues assurent que c’est fait exprès, pour donner du travail à la police, aux magistrats, aux avocats, aux éducateurs, aux associations, voire aux médecins, infirmières et autres vendeurs d’appareils pour estropiés, quand ce ne sont pas les vendeurs d’alarmes et de moyens de protection…
 
Possibilité de contacter l’ADIL pour obtenir un premier avis :
01 42 79 50 50 / 0820 16 75 00

 
 
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Consommation, Santé

Métro : une histoire de police … de caractères

Station Les HallesSur la photo de la station "Les Halles" ci-contre, celle-ci représente le nom d’une station de métro comme Fulgence Bienvenüe, père du métro de Paris avec Edmond Huet, l’avait exigé, c’est-à-dire en écriture bâton afin que l’on puisse guider un analphabète ou un illettré en lui écrivant le nom de la station à laquelle il devait descendre.

Sachant que toutes les stations seraient écrites en bâton, il était possible et facile de reproduire sur une feuille le nom de la station en question et le voyageur n’avait plus qu’à comparer sa feuille avec les panneaux.

Station ChâteletDepuis les analphabètes, mais pas les illettrés, ont disparu et les noms de station ne sont plus écrites en style bâton, mais dans une police plus moderne, comme c’est le cas pour la station Châtelet.

 
On remarquera que, pour la station Châtelet, on disait autrefois qu’on descendait "au Châtelet", en référence à la place du Châtelet (donc le Châtelet), construite à l’emplacement du Grand Châtelet, ancienne forteresse qui servit de prison et de tribunal sous l’Ancien Régime, et qui fut détruit en 1808 durant le règne de Napoléon 1er. Depuis les jeunes disent maintenant descendre "à Châtelet".

Fulgence Bienvenüe, devant l’entrée de la station Monceau.
Depuis il existe une station à son nom.


 
>> Merci à Philippe V. à l’origine de cet article.

Article lié : L’idée bienvenue de Fulgence Bienvenüe : le métro

 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Paris

Filmer, ficher, enfermer. Vers une société de surveillance ?

SOCIÉTÉ
On ne sait s’il faut en rigoler. Une société de surveillance prend forme en France, loi après loi.

L’école, la justice, la psychiatrie, la prison, et bien sûr la police sont maintenant dévorées par la tentation sécuritaire. Les rues, les magasins, les espaces publics, les administrations aussi, presque partout, sont sous l’oeil des caméras. Souriez, vous êtes filmés !

Fichiers, relevés d’ADN, vidéosurveillances, bracelets électroniques et scanners corporels se multiplient. Mais ce n’est pas l’insécurité qui, de la sorte, diminue. À l’inverse, celle- ci devient à la fois ” problème public ” affiché partout et dispositif publicitaire qui valorise les gesticulations gouvernementales.

La Fondation Copernic expose ici ce qui demeure discret, dissimulé, insensible, invisible et qui pourtant nous guette et nous surveille. Et ce n’est pas l’arrivée de la gauche qui devrait beaucoup chambouler les choses…

Poster un commentaire

Classé dans Droit, Politique, Société

Aide aux séniors se rendant à leur banque

SENIORS
Les services de la Ville de Paris mettent à disposition des personnes âgées le souhaitant un dispositif d’accompagnement et de protection pour effectuer vos opérations bancaires en toute tranquillité.

Sur un simple appel téléphonique (01.42.76.77.77), toute personne âgée qui désire effectuer des opérations bancaires peut s’assurer de la protection des inspecteurs de sécurité de la Ville de Paris. Le jour du rendez-vous, à l’heure convenue par téléphone, les inspecteurs de sécurité en civil, munis de leur carte professionnelle et d’une lettre de mission, viennent chercher la personne à la porte de son domicile. Le transport jusqu’à l’établissement financier s’effectue en voiture banalisée et climatisée. Les inspecteurs de sécurité se tiennent toujours près de la personne lorsqu’elle effectue ses démarches.

Poster un commentaire

Classé dans Société, Ville de Paris