Archives mensuelles : avril 2013

NKM voit du diesel partout

Quand il a entendu les interrogations de « Mme Kosciusko Morizet » sur la responsabilité de la Ville de Paris en matière de pollution, le maire de Paris a sursauté. Elle a déclaré en effet que « tout le parc automobile de la Ville de Paris est diesel… »

Et celui-ci de préciser dans son communiqué :
« La Ville de Paris tient à rappeler que sur les 2747 véhicules composant le parc motorisé de la Ville, seuls 836 sont des véhicules diesels (dont 288 fourgonnettes et 356 utilitaires moyens) soit un taux de 30%. Le reste de la flotte municipale est composée de véhicules essence (44%), GPL (22%) ou hybride et électrique (4%).

Par ailleurs, les deux tiers des bennes et laveuses de chaussée roulent au GNV, ce qui a permis de diminuer de 20 % les émissions de polluant locaux et de gaz à effet de serre. En outre, madame Kosciusko Morizet omet de préciser que la Ville de Paris, lors du Conseil de Paris de février 2013, a déjà décidé qu’à l’occasion du nouveau marché relatif à la collecte des ordures ménagères plus aucune benne ne roulera au diesel. »

Dont acte, sister ?
 
 
 
 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ville de Paris

Pancho, le dessinateur politique du Canard Enchainé

Si vous êtes un lecteur ou une lectrice assidus du Canard Enchainé, vous ne pouvez manquer d’apprécier les dessins politiques de "Pancho", tels que celui ci-contre.

Nous l’avons rencontré lors d’un salon du livre, dans le Val d’Oise.

Pancho officiait aussi dans le journal Le Monde, avant qu’une restructuration du journal ne l’oblige à aller voir ailleurs. Il n’eut pas besoin d’aller très loin : le Canard s’est fait un plaisir de l’accueillir.

Le métier de dessinateur politique, un métier pas toujours évident : « Devoir se lever tous les matins à 5h, pour délivrer un dessin quotidien, avoir l’inspiration pour cela, ce n’était pas toujours facile… », explique sa compagne, Elsa Orial, elle-même illustratrice, parlant de la période Le Monde.
Avec le Canard, la tâche est moins ardue puisque le journal est hebdomadaire.

Avec Pancho, de son vrai nom Francisco Graells, nous avons rencontré quelqu’un de très courtois, n’ayant visiblement pas la grosse tête. On en connait pourtant…

Pancho et sa compagne Elsa Orial :
Pancho et sa compagne Elsa
 
 
 
 

2 Commentaires

Classé dans Médias

Libération et les autres, Mediapart rappelle combien ces journaux sont subventionnés

Libération - Manif Homophobie

En faisant sa Une, ce lundi 22 avril, sur l’homophobie supposée des manifestants, Libération démontre une fois de plus qu’il est au service moral du pouvoir qui tient le même discours.

Libération, un journal hyper subventionné à l’égal du Monde, comme le rappelle Médiapart qui a beau jeu d’affirmer qu’il ne reçoit plus aucune subvention. « Nous sommes à l’équilibre… », rapportait fièrement dernièrement Edwy Plenel à la télé.

Pour l’anecdote, Edwy Plenel faisait partie de celles et ceux dont les conversations téléphonique avaient fait l’objet d’écoutes de la part de l’État, sous les ordres de François Mitterrand. Certains affirment que sa croisade contre Cahuzac et les socialistes viendrait de là…

Ce dernier ne manque pas de rappeler régulièrement combien les grands médias sont outrageusement subventionnés, donc avec l’argent des contribuables pour mieux les insulter à l’occasion. Traiter "d’homophobes" des gens qui refusent que des enfants n’aient pas un père et une mère, comme le fait Libé, n’est-ce pas les insulter "grâvement", comme on dit en banlieue ?

Mediapart nous rappelle donc combien Le Parisien/Aujourd’hui en France, Libé, Le Monde, mais aussi Le Figaro et Ouest-France reçoivent des millions d’euros chaque année.
C’est ici : Subventions : la presse passe au contrôle

 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Médias, Politique, Société

Manif pour tous du 21 avril : « Des candidats issus du mouvement vont se présenter aux prochaines élections municipales »

Manif pour tous 21 avril 2013

Ils ne voulaient « rien lâcher ». Les opposants au "mariage pour tous" ont une nouvelle fois manifesté, ce dimanche 21 avril 2013, en attendant la grande manifestation du 26 mai prochain. « 45.000, selon la police, et 270.000 opposants, selon les organisateurs, tandis qu’un rassemblement favorable à la loi a réuni 3.500 personnes », rapporte la-croix.com

Une manifestation qui a pris un tour politique puisque Frigide Barjot (de son vrai nom Virginie Tellene, née Virginie Merle) envisage de présenter des candidats issus du collectif "La manif pour tous". « Le concept de "La manif pour tous" va investir le terrain électoral dès les prochaines élections municipales de 2014 », a-t-elle déclaré à Corse Matin. Des candidats qui se présenteront contre les maires les plus favorables au mariage pour tous.

Une manifestation qui s’est déroulée sans débordement, malgré quelques échauffourées et altercations qui ont fait une dizaine d’arrestations en fin de cortège. Pas de quoi fouetter un chat… Les plus extrémistes des manifestants avaient été priés d’aller voir ailleurs, car ils faisaient vraiment le jeu du gouvernement qui avait beau jeu de dénoncer les violences issues de ces groupuscules, notamment lors d’agressions dites "homophobes". On sait sur VNDP que ce mot est employé aussi à tort que islamophobe.

Toujours champions de la rhétorique, les socialistes, par la voix de leur Premier secrétaire, Harlem Désir, parlent d’une « sorte d’acte fondateur entre la droite et l’extrême droite ». Il est vrai qu’en présentant cette loi qui ne concerne que quelques milliers de personnes, la gauche est en train de comprendre qu’elle est en train d’unifier la droite. On a ainsi pu voir le député apparenté FN, Gilbert Collard, défiler aux côtés de députés UMP.

Finalement "le mariage pour tous" risquent bien d’être le mariage pour tous les partis de la droite…

La vidéo :

Articles liés :
Copé dit n’accepter «aucune collusion» avec le FN
Gilbert Collard embarrasse l’UMP
 
 
 
 

 
 

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Société

France Inter est-elle française ?

France Inter est-elle française ? Une question que l’on peut se poser quand on écoute sa programmation musicale. Une chose est sûre : quand on entend de la chanson française à la radio, on sait que l’on n’est pas sur France Inter.

On imagine ce ui se passe dans la tête des programmateurs musicaux de la station : « On va leur montrer à tous ces bourgeois de Français ce que c’est que la bonne musique américaine… » . On a alors droit, bien souvent, aux titres les plus ringards et les plus nuls que les radios américaines les plus branchées ne doivent même pas oser programmer. Ah la la…

Dire que France Inter se fend d’une émission musicale, le samedi soir, durant laquelle des groupes français sont régulièrement invités. Ils ne chantent pas toujours dans la langue de Molière, mais ils ont l’avantage d’exister. Croyez-vous qu’un seul instant que nos programmateurs penseraient à passer un seul de leurs morceaux dans la semaine ?
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Audiovisuel

« Je suis de gauche, mais de là à mettre mes enfants dans une école du 18ème… »

TROUVÉ SUR LE NET


 
 
 
 
 
 
 

 
 

 

Poster un commentaire

Classé dans 18ème arrondissement, école, Politique, Société

Suppression des autorisations de sortie du territoire pour les enfants mineurs


Dans le cadre de la simplification des démarches administratives, les mairies ne délivrent plus depuis le 1er janvier 2013 d’autorisations de sortie du territoire (individuelles ou collectives) pour les enfants mineurs souhaitant se rendre à l’étranger sans l’un de ses parents ou représentant légal.

Même mineur, un enfant français peut donc voyager seul ou en groupe hors de France avec les titres d’identité demandés par le ou les pays de destination (carte d’identité dans l’Union européenne hors espace Schengen, passeport hors Union européenne…).

Certains pays imposent des modalités spécifiques supplémentaires telles qu’un visa ou une autorisation parentale pour les mineurs.

Aussi est-il conseillé de préparer son voyage en vérifiant au préalable les documents deman- dés sur l’espace dédié du site internet du ministère des Affaires étrangères, dans la rubrique « conseils aux voyageurs ».

Informations :
http://www.interieur.gouv.fr
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Administration

Feu vert de la commission des sites pour la création d’aires d’accueil des gens du voyage à Paris

Comme toutes les communes de plus de 5000 habitants, la Ville de Paris est soumise à l’obligation de participer à l’accueil et à l’habitat des gens du voyage conformément à la loi Besson du 5 juillet 2000. Engagée depuis 2004 pour un accueil digne de ces familles, la municipalité parisienne a développé deux projets, l’un dans le Bois de Boulogne et l’autre dans celui de Vincennes, qui ont été examinés le 28 mars dernier par la Commission départementale des sites, perspectives et paysages.

« La Ville de Paris se félicite du vote favorable de la commission qui va permettre de créer 63 places pour l’accueil des gens du voyage à Paris ».

Et d’ajouter : « Ces projets transformeront des parkings dégradés en espaces boisés et prairies sur la plaine de la Gravelle et la plaine sud de Longchamp sur une surface totale de 5,6 ha. Ils permettront par ailleurs d’étendre deux nouvelles promenades prochainement ouvertes aux familles et aux promeneurs.

La gestion des aires sera confiée à une association spécialisée. La scolarisation sera assurée dans les écoles de la Ville de Paris, l’accompagnement social et l’accès aux soins par les services sociaux de la collectivité parisienne et de l’AP-HP dans le cadre d’un protocole.

La Ville de Paris va désormais poursuivre sa concertation et son dialogue pour assurer l’accueil et répondre aux besoins des gens du voyage, leur intégration harmonieuse sur le territoire parisien et construire une ville accessible à tous».

Article lié :
Quelle est l’origine du nom du bois de Boulogne ?
 
 
 
 

 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Ville de Paris

Chers élus : Ce qu’ils gagnent vraiment

Le journaliste et historien Vincent Quivy s’est penché sur la façon dont nos élus sont rémunérés.

Présentation de son livre par l’éditeur :
« Face à la crise, l’heure est à la rigueur. Les élus le répètent : les Français doivent se serrer la ceinture, toutes catégories professionnelles confondues. Toutes ? Non ! Une profession résiste encore et toujours aux régimes drastiques imposés par la conjoncture. Retraites avantageuses et cumulables, salaires confortables et innombrables "à-côtés", le personnel politique bénéficie, à l’heure des sacrifices, d’une situation privilégiée.

Des responsables locaux au président de la République, des ministres aux parlementaires, il constitue un monde à part, une sorte de bastion imprenable et opaque qu’il est mal vu, en France, d’éclairer trop vivement. Derrière les indemnités affichées, se cachent nombre d’avantages et de "compléments" que les représentants de la République, en toute discrétion, n’hésitent pas à maintenir malgré les annonces de réforme. Démagogie ou simple devoir démocratique ? Ce petit guide pratique, précis, vous apprendra, non sans humour, à évaluer des rémunérations, connues ou cachées, d’une profession qui ne connaît pas la crise. Chers ou trop chers élus ? À chacun de juger »

Article lié :
La situation matérielle du député, sur le site de l’Assemblée nationale
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Politique, Société

Droit de vote des étrangers : deux tiers des maires sont défavorables à cette loi

AMIFLors des Assises qui se sont tenues au Parc Floral à Paris, les Maires de France se sont retrouvés pour évoquer leurs préoccupations de maires. Or, qu’en est-il sorti ? Que leurs préoccupations principales restent les écoles, le logement, l’urbanisme et la fiscalité locale. Mais que le Grand Paris ne les intéresse pas tant que cela. Que la "Métropole de Paris" n’a pas convaincu les maires franciliens. Et que 53% d’entre eux jugent que la voiture a sa place dans leur commune…
Mais le plus étonnant reste le sujet sur le droit de vote des étrangers aux élections locales : deux tiers des élus (66%) ayant répondu à une enquête sur le sujet ne sont pas favorables à cette loi. Étonnant quand on sait que, dans ces 66%, se trouvent forcément des maires de gauche.

Compte-rendu à l’occasion des assises de l’AMIF, l’Association des Maires de France, qui se sont tenues les 9, 10 et 11 Avril 2013 au Parc Floral de Paris.

 
RÉVÉLATION DU 10ème BAROMÈTRE AMIF / JDD SUR LES PRÉOCCUPATIONS DES ÉLUS D’ILE DE FRANCE

Écoles, logement, urbanisme et fiscalité locale

Parmi les préoccupations principales des Maires, on trouve en tête, pour la première fois depuis plusieurs années la petite enfance, les crèches et les écoles (52% les ont citées cette année contre 41% l’an dernier). Cette hausse pourrait trouver son explication dans la réforme des rythmes scolaires. Les petites communes semblent ainsi, particulièrement inquiètes de cette réforme car elles sont 57% à considérer les écoles comme LA Priorité du Maire contre 52% l’an dernier, au contraire des grandes villes pour lesquelles la proportion a même diminué (41% l’an dernier). Par ailleurs, le logement et l’urbanisme restent l’une des principales priorités (44% les ont cités cette année tout comme l’année dernière). Il est à noter que la fiscalité locale devient désormais la troisième préoccupation des Maires, atteignant 40% des réponses apportées contre 34% en 2012.

En revanche, les Maires franciliens sont, dans l’ensemble, moins préoccupés par :
– Les Nouvelles technologies (53%)
– Le Grand Paris (48%)
– La Propreté, lutte contre le bruit (28%)

Pour autant, comme en 2012, les villes de plus de 10 000 habitants ne font pas apparaître le Grand Paris dans cette liste, ce qui semble signifier que seuls les Maires de l’agglomération parisienne se sentent concernés par ce projet.

RÉFORME DES RYTHMES SCOLAIRES :

À la lumière de l’augmentation de la proportion des Maires se disant préoccupés par la question des écoles et de la petite enfance (+10% en un an), la réforme des rythmes scolaires semble susciter quelques difficultés/inquiétudes quant à sa mise en œuvre. En effet, l’immense majorité des Maires (96%), quelle que soit leur couleur politique, n’appliqueront cette réforme qu’à la rentrée 2014…

DROIT DES VOTE DES ETRANGERS AUX ELECTIONS LOCALES :

Deux tiers des élus (66%) ayant répondu à cette enquête ne sont pas favorables à cette loi. Le sentiment des élus à l’égard de ce sujet semble assez conforme à la sensibilité politique exprimée.

DURCISSEMENT DE LA LOI SRU :

La révision à la hausse des objectifs de la loi SRU se voit opposer 72% d’opinions défavorables parmi les Maires. L’engagement des Maires sur ce sujet démontré à nouveau par ce questionnaire (question 3) semble aller à l’encontre de la réalité de la construction en Ile-de-France. En effet, l’objectif de 70 000 logements paraît inatteignable dans un contexte où le nombre de logements construits chaque année n’a cessé de diminuer. Pour cela les Maires mobilisés sur la question du logement (Assises de l’Habitat Francilien), y compris du logement social, semblent se sentir pénalisés par une mesure a priori peu en phase avec les réalités.

ENCADREMENT DES LOYERS :

Les Maires franciliens souhaitent majoritairement que les loyers soient encadrés. En effet, 58% d’entre eux sont favorables à une loi en ce sens qui viserait à lutter contre l’envolée des prix du marché de l’immobilier. Cependant cette tendance a légèrement diminué par rapport à l’année 2012 (65%). La mise en place de cette mesure à l’été 2012 n’a, pour certain, peut-être pas eu l’effet escompté.

LA PLACE DE LA VOITURE DANS LES COMMUNES :

La question de la place de la voiture en ville départage de façon quasi égale les Maires puisque, si 53% d’entre eux jugent que la voiture a sa place dans leur commune, ils sont 47% à estimer qu’il faut la limiter. Mais cette tendance est en réalité très éclatée au regard des différentes typologies de ville. Ainsi les communes de plus de 10 000 habitants sont 74% à vouloir limiter la place du véhicule particulier dans leur commune alors que dans les petites villes 5 000 habitants), seulement 34% d’entre eux sont du même avis. La question de la desserte en transport en commun et des différences de mode de vie expliquent probablement ce fossé. La question des transports ne peut donc pas être prise, au niveau régional, par le seul angle de l’opposition à la voiture. Dans certains cas elle semble être, en effet, une nécessité. Les conditions de circulation des routes franciliennes ne doivent donc pas être oubliées des politiques de transports..

ARBITRAGES NOUVEAU GRAND PARIS :

Les arbitrages rendus par le Premier Ministre le 6 mars dernier sur le Grand Paris Express ne semblent pas avoir convaincu la majorité des Maires car 69% d’entre eux s’en disent insatisfaits. Mais cette proportion varie assez amplement selon la taille des communes interrogées et selon l’intérêt qu’elles portent au projet du Grand Paris. Ainsi, pour les villes de plus de 10 000 habitants, qui sont les plus concernées par le GPE, 50% s’en disent satisfaits. A contrario, 77% des communes de – de 5000 habitants semblent déçues par ces annonces, ce qui démontre leur craintes de la création d’une Ile-de-France à 2 vitesses.

GOUVERNANCE – Métropole de Paris :

L’annonce par le Premier Ministre du projet de doter le Grand Paris d’une structure de gouvernance, la « Métropole de Paris », n’a pas convaincu les Maires franciliens (74% y sont opposés). Alors que dans le même temps, nombre d’entre eux, se mobilisent pour la construction du Grand Paris Express et réfléchissent à la gouvernance de l’IDF, ce chiffre s’explique probablement par l’inquiétude quant à la place future du Maire dans cette nouvelle entité. Aussi les Maires de moins de 5 000 habitants, pour l’essentiel en grande couronne, n’approuvent pas ce projet bien qu’étant à priori peu concernés. Ils semblent craindre, au même titre que pour le GPE, la création d’une Ile-de-France à 2 vitesses.

LES AUTRES PRIORITES POUR LE GRAND PARIS :

Alors que la crise économique et la montée continue du chômage inquiètent les élus et leurs administrés, la question de l’emploi est tout à fait centrale pour l’avenir de la région capitale. 55% des Maires ont ainsi estimé que l’emploi était le volet à développer dans le Grand Paris, assez nettement devant le logement (20%), pourtant préoccupation majeure des élus.

LES DIFFICULTES DES MAIRES AU QUOTIDIEN :

Comme chaque année, en tête de ces difficultés, 40% des Maires pointent une complexité administrative trop grande. Ce chiffre augmente considérablement pour les communes de moins de 5000 habitants (63%), qui ne bénéficient de services adaptés à ces contraintes. Au deuxième rang, et dans les mêmes proportions que l’année passée, l’autonomie financière des communes est jugée insuffisante pour 31% des Maires.

En Ile-de-France, la très grande majorité des Maires ayant répondu à la question a le sentiment d’être l’élu le plus apprécié de ses administrés (82%).
 
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Paris, Politique, Société

Passeport "grand voyageur"

passeport grand voyageurDepuis le 1er avril 2013, les personnes qui voyagent très souvent à l’étranger peuvent faire la demande d’un passeport "grand voyageur"

Ce format dit "grand voyageur" sera proposé à tout Français qui sollicite le renouvellement de son titre de voyage avant la date de fin de validité du document, en raison de l’épuisement des pages réservées aux visas et de la fréquence de ses déplacements à l’étranger. Il comporte 48 pages au lieu de 32.

Les pièces justificatives exigées pour un passeport "grand voyageur" seront les mêmes que pour un passeport classique. Il est cependant demandé de fournir en plus une demande motivée rédigée sur papier libre. Les modalités de délivrance sont par ailleurs identiques.

La décision de délivrer un passeport "grand voyageur" relève de l’autorité préfectorale et peut être refusée si elle ne lui apparaît pas justifiée.

Sources :
http://www.consulfrance-shanghai.org/Passeport-grand-voyageur.html
http://www.service-public.fr/actualites/002698.html?xtor=EPR-140

 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Pratique

Et si le petit déjeuner était le pire repas de la journée ?

On nous le serine régulièrement : « le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée », et particulièrement les médecins, ce qui pose tout de même des interrogations.

S’il est certainement un repas important pour nos jeunes qui vont se dépenser rapidement dans la journée, ou pour le bûcheron qui va attaquer la forêt à coups de hache, qu’en est-il exactement du petit déjeuner pour les sédentaires que nous sommes pour la plupart, dont la principale activité physique sera de marcher quelques mètres dans la journée ?

On peut s’interroger. Après une nuit de sommeil, quelle étrange idée, le pied à peine posé par terre, de vouloir se goinfrer de café, pain beurré, croissants et autres corn-flakes, quand ce n’est pas d’œufs, bacon et haricots comme nos amis anglais ?

Rappel :
De la même façon qu’on "fait" et qu’on "défait", on "jeune" et on "déjeune".
Déjeuner, c’est sortir du jeûne, que l’on a pratiqué toute la nuit. Quand on dort, on ne fait pas que se reposer : il y a tout un travail de nettoyage qui s’effectue de l’organisme. Ne dit-on pas que « la nuit, on guérit, alors que le jour, on est malade » ?. C’est la raison pour laquelle les malades dans les hôpitaux dorment beaucoup, car pendant qu’ils dorment … ils guérissent.

Dans son célèbre livre "Nos grand-mères savaient…", Jean Palaiseul consacre tout un chapitre sur le jeûne, considéré par lui,
« comme une partie de chaise longue accordée à tous nos organes. Quand ceux-ci se sont reposés, se sont rénovés parce qu’ils ont été délivrés du travail considérable que représente pour eux l’opération compliquée qu’est la digestion à tous ses stades, ils sont mieux en mesure de résister à une agression quelle qu’elle soit ». Et d’ajouter : « C’est d’ailleurs pourquoi le jeûne devrait être la première parade à opposer à la maladie. Les Anciens le savaient… »

Si le jeûne est préconisé dans le cas de maladies graves, comme on a pu le constater dans le formidable documentaire passé sur ARTE, "Le jeûne, une nouvelle thérapie ?", sauter le petit déjeuner, et s’acheminer vers un système à deux repas, midi et soir, pourrait être salvateur pour nombre de personnes "patraques" à longueur d’année. « Appliqué de cette manière, le jeûne du matin peut-être considéré comme l’un des moyens thérapeutiques les plus efficaces dont la médecine peut disposer, observe encore Jean Palaiseul. Nous connaissons un certain nombre de gros mangeurs qui commettent des fautes d’hygiène et qui pourtant arrivent à éviter pendant fort longtemps l’éclosion d’accidents sérieux, parce qu’ils ne prennent qu’un verre d’eau le matin… »

Certains remplaceront le verre d’eau par un verre d’eau d’argile. Mais c’est une autre histoire…

 
 
 
 


Vous avez aimé lire cet article ? Laissez un commentaire…

1 commentaire

Classé dans Santé

Métro : une histoire de police … de caractères

Station Les HallesSur la photo de la station "Les Halles" ci-contre, celle-ci représente le nom d’une station de métro comme Fulgence Bienvenüe, père du métro de Paris avec Edmond Huet, l’avait exigé, c’est-à-dire en écriture bâton afin que l’on puisse guider un analphabète ou un illettré en lui écrivant le nom de la station à laquelle il devait descendre.

Sachant que toutes les stations seraient écrites en bâton, il était possible et facile de reproduire sur une feuille le nom de la station en question et le voyageur n’avait plus qu’à comparer sa feuille avec les panneaux.

Station ChâteletDepuis les analphabètes, mais pas les illettrés, ont disparu et les noms de station ne sont plus écrites en style bâton, mais dans une police plus moderne, comme c’est le cas pour la station Châtelet.

 
On remarquera que, pour la station Châtelet, on disait autrefois qu’on descendait "au Châtelet", en référence à la place du Châtelet (donc le Châtelet), construite à l’emplacement du Grand Châtelet, ancienne forteresse qui servit de prison et de tribunal sous l’Ancien Régime, et qui fut détruit en 1808 durant le règne de Napoléon 1er. Depuis les jeunes disent maintenant descendre "à Châtelet".

Fulgence Bienvenüe, devant l’entrée de la station Monceau.
Depuis il existe une station à son nom.


 
>> Merci à Philippe V. à l’origine de cet article.

Article lié : L’idée bienvenue de Fulgence Bienvenüe : le métro

 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Paris

Rachida Dati veut qu’on parle en anglais mais fait une grosse faute de français sur son site

English forum à la Mairie du 7ème !

La mairie du 7ème organise la première édition de l’English Forum le mercredi 24 avril de 13h à 19h30 à la mairie.

Ce forum est l’opportunité pour le 7ème de conserver son attache à la langue anglaise et de sensibiliser davantage les habitants du 7ème à l’importance de la culture anglo-saxonne. Il s’adresse à un public de tout âge, petits et grands, et convie familles et amis.

Stephen Clarke, journaliste et écrivain anglo-saxon, nous fait ("fais", sur le site de la mairie. Comme quoi on devrait d’abord apprendre le français…) le plaisir d’être l’invité d’honneur du forum. Il fera à cette occasion une lecture et une dédicace de son livre "A year in the Merde".

Découvrez le programme sur le site de la mairie
 
 
 
 


Vous avez aimé lire cet article ? Pensez à laisser un commentaire…

1 commentaire

Classé dans 7ème arrondissement, Culture