Archives mensuelles : janvier 2013

Le Microcrédit pour créer sa boite

La présidente de l'Adie, Catherine Barbaroux, en compagnie du directeur des études de l'Adie, Thierry Racaud, présentaient la semaine de l'Adie à la presse, dans les locaux du bd Sébastopol, lundi 28 janvier 2013.

La présidente de l’Adie, Catherine Barbaroux, en compagnie du directeur des études de l’Adie, Thierry Racaud, présentaient la semaine de l’Adie à la presse, dans les locaux du bd Sébastopol, lundi 28 janvier 2013.

Association reconnue d’utilité publique, l’ADIE aide des personnes exclues du marché du travail et du système bancaire classique à créer leur entreprise et donc leur emploi grâce au microcrédit. En accordant des prêts pouvant aller jusqu’à 10.000 euros.

En complément du microcrédit, l’Adie propose aux micro-entrepreneurs un accompagnement adapté à leurs besoins.

 
 
Du 4 au 8 février, l’Adie crée sa semaine du microcrédit et invite toutes celles et tous ceux qui veulent se renseigner à rejoindre l’antenne Adie dont ils dépendent.

L’Adie, le site : www.adie.org

L'Adie ouvre officiellement ses locaux  bd Sébastopol, le 4 février prochain

L’Adie ouvre officiellement ses locaux bd Sébastopol, le 4 février prochain


Article lié : créer sa boite

 
 
 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Société

Report de l’obligation de posséder un éthylotest

Le ministre de l’intérieur a annoncé le report de l’obligation de posséder un éthylotest en cas de contrôle routier au cours d’une conférence de presse jeudi 24 janvier 2013.

Le défaut de possession d’un éthylotest devait être sanctionné par une amende de 11 euros à partir du 1er mars 2013. Un décret avait été publié en ce sens au Journal officiel du mardi 30 octobre 2012.

L’éthylotest donne un indice de la présence d’alcool dans l’air expiré. Il est interdit de conduire en cas de concentration d’alcool dans l’air expiré égale ou supérieure à 0,25 milligrammes par litre.

En savoir plus
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Société

On a le droit de sous-louer son logement social

CONSOMMATION

On peut désormais sous-louer son logement social


Sarcelles - Grand EnsembleL’idée selon laquelle on n’a pas le droit de sous-louer son logement social est désormais révolue. Les locataires ayant un bailleur de type HLM peuvent désormais sous-louer une partie de leur appartement, à certaines conditions. Une mesure prise pour lutter contre la difficulté actuelle de se loger, en particulier en direction des jeunes de moins de 30 ans.

Même si la sous-location intégrale d’un logement social est interdite, la sous-location d’une partie de son logement est autorisée au profit :
– d’une personne âgée de plus de 60 ans ou d’une personne adulte handicapée avec laquelle le locataire a conclu un contrat d’accueil familial,
– ou d’une personne de moins de 30 ans.

Dans ces deux cas, le locataire doit seulement informer l’organisme bailleur, par lettre recommandée avec avis de réception, de son intention de sous-louer son logement.

Une façon aussi de se prémunir de la loi Molle qui autorise un bailleur à "chasser" un locataire seul dans son appartement et donc en "sous-occupation". Selon l’ADIL, jointe par téléphone, la notion de sous-occupation ne pourrait plus être mise en avant, à partir du moment où l’appartement est mis en sous-location.

ADIL 75 : 01 42 79 50 50 / 0820 16 75 00
Lettre type pour informer son propriétaire de son intention de sous-louer son logement : vosdroits.service-public.fr

Attention, cependant. Service-public.fr donne un type de lettre demandant l’autorisation au bailleur de sous-louer. C’est ici
Appeler l’ADIL, ou mieux rencontrer un conseiller de l’ADIL, permettra de lever l’ambiguïté.
 


Articles liés :
Informez son bailleur qu’on veut sous-louer une pièce de l’appartement
Principales dispositions de la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion
HLM : sous-occupation et libération des lieux

 
 
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Consommation, Société

La France orange mécanique : le livre choc sur la délinquance

La France orange Mécanique de Laurent Obertone est une plongée au cœur de l’insécurité en France, juxtaposant faits divers et statistiques contestant les données officielles.

Enquête sur un sujet tabou : l’ensauvagement d’une nation. Toutes les 24 heures : 13000 vols, 2000 agressions, 200 viols.

« Ces derniers jours, un charmant individu, que nous nommerons Vladimir, a ramassé trente ans pour le meurtre de sa compagne, dont 22 ans de sureté, soit un an le coup de marteau. Ledit Vladimir, quelques semaines plus tôt, était jugé dans le cadre de la désormais célèbre affaire des tournantes, où la justice a expliqué aux Françaises, sans trembler, qu’on pouvait être un violeur en réunion et s’en tirer avec du sursis. Sur 14 prévenus, Vladimir était l’heureux élu, le seul à prendre de la prison ferme. Un an…

Pendant ce temps-là, un clandestin était interpellé, pour la 97ème fois, au volant d une voiture volée, après avoir mordu et fracturé le bras d’un policier d’un coup de tête.
Pendant que Christiane Taubira veut rompre avec le tout carcéral, une centenaire a été poussée au sol et gravement blessée par plusieurs personnes, pour une montre.
Pendant ce temps-là, on apprend que les barquettes de viande vendues dans un supermarché de Lille sont protégées par des antivols.
Pendant ce temps-là, un policier de la BAC a été lynché dans une cité sensible de Montpellier.
Pendant ce temps-là, un Toulousain a eu l’idée pas très "vivre-ensemble" de klaxonner derrière un véhicule qui bloquait la chaussée d’un quartier populaire. Vigilants, vingt riverains lui ont administré une correction citoyenne, à coups de chaises et de tessons de bouteille.

Alors, pourquoi ce livre ? Parce qu’aujourd hui, un simple regard peut tuer »
Laurent Obertone

Laurent Obertone est journaliste diplômé de l’Ecole de Lille. Après avoir travaillé pour un hebdomadaire français, il s’est consacré à l’écriture de "La France orange mécanique"

L’interview de Laurent Obertone sur www.atlantico.fr
 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans Société

Fini le PSG et vive le PQ !

Si à une lointaine époque Paris était associée à St-Germain, lieu de naissance de Louis XIV, pour former le PSG, l’arrivée du Qatar a tout changé.
Fini St-Germain et vive le Qatar.
Fini le PSG et vive le PQ !
Un club qui ne sera jamais dans la m…
Pour sa part, Bertrand Delanoë se sent obligé d’accorder ses félicitations au club qatari, pardon parisien. C’est ici


On notera que les princes qui tiennent les rênes du club, ont décidé de supprimer toute référence aux origines du club en enlevant le berceau de Louis XIV. Explications, comme nous le rapporte le site placespourtous.com : La direction qatari veut faire du Paris Saint-Germain une marque "mondiale", qui entraine un changement de logo.

 
 
 
 

Poster un commentaire

Classé dans On rigole, Paris, Société